Un été à moustique au Québec

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le printemps marque le retour des moustiques d’autant qu’avec les pluies que le Québec à connu en avril et mai, il est logique de penser qu’ils ont proliféré et que leur présence cet été sera terrible.

Les travailleurs en extérieur s’en plaignent déjà et en région, les exterminateurs reçoivent appel sur appel et les ventes de repellent ont décollé comme jamais dans les pharmacies du pays.

moustique piqueur

moustique piqueur

Des conditions idéales de reproduction.

Les petites mares et grandes flaques créées par l’abondance de la pluviosité ont offert aux moustique un milieu particulièrement favorable à leur reproduction.

Les insectes piqueurs du Québec font partie de deux familles:

  • Ceux qui ne se reproduisent qu’une fois dans la saison (univoltine)
  • Ceux qui se reproduisent en continu (multivoltine)
La multiplication des bassins de reproduction a permis aux multivoltines de sortir de leur diapause (une sorte d’hibernation entre le stade de l’œuf et celui d’adulte, qui permet au de passer l’hiver) explique R.Lessard exterminateur à Montréal ( https://infestation-mtl.com/)  et qui poursuit en mentionnant lorsque les températures chaudes se conjuguent aux pluies régulières comme en ce début juin, le cycle de reproduction se raccourcis à une petite semaine, ce qui laisse présager plus de générations de moustique cet été.

Risque de virus ? (du Nil ou Lyme

En fonction de l’été que l’on aura, un printemps pluvieux suivi d’un été sec génère plus de risque de virus de Nil (étude américaine ) et de maladie de Lyme dans la configuration inverse, cette reproduction reste normale.

Les moustique femelles piquent pour se nourrir de sans humain qui contient les protéines nécessaire au bon développement de leur œuf qu’elle déposent 48h après la piqûre.

Se protéger

Se protéger c’est limiter l’exposition de votre peau au dard, limiter les émanation naturelles de gaz carbonique que vous rejetez en respirant ou l’acide lactique de la sueur .

  • Se couvrir est la première évidence
  • se mettre du répulsifs au DEET est la seconde (attention au enfant de moins d’un an - consultez)
  • porter du blanc ou pâle limite aussi le fait d’être une cible.

éliminer les eaux stagnantes du jardin en est un moyen de limiter l’incubation des œufs, moustiques en devenir.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »